église Sainte Sulpice

L’église est située sur les hauteurs du village, du côté Sud de la route départementale.

Presque totalement détruite dans les années 1830 (seul le mur extérieur côté route est conservé), l’église a été reconstruite en 1834 avec adjonction d’une chapelle latérale et d’un clocher digne de ce nom. En effet, les ouvriers agricoles se plaignaient de ne pas entendre la cloche dans les champs lors d’incendies au village.

L’église contient un buste reliquaire de saint Sulpice en bois polychrome du XVIIIème siècle, classé au patrimoine mobilier de France et attribué à Jean-Baptiste Carpentier.

 


chronologie

les temps anciens

  • On signale que l’église a été incendié comme une grande partie du village en 1092 1.
  • Un nouvel incendie de l’église et du village (sauf quelques maisons) est reporté à la fin du XVIIème siècle 1.

Nouvelle cloche “ANNE JOSEPH” en 1751

Le 7 octobre 1751 a lieu la bénédiction d’une nouvelle cloche “ANNE JOSEPH” de l’église paroissiale de Breilly, en présence de Ferdinand d’Albert, duc de Chaulnes, de la duchesse, née Bonnier de la Mosson, et de René Boistel, lieutenant général de la baronnie de Picquigny11.

Le septième jour du mois d’octobre a été bénite par moy, prêtre et desservant soussigné, une cloche qui a été nommée Anne Joseph par très haut et très puissant Seigneur Ferdinand d’Albert d’Ailly, duc de Chaulnes, Seigneur de Picquigny, de Breilly et autres lieux, et par Anne Joseph Bonnier, duchesse de Chaulnes. Ont assisté à la dite bénédiction M. Joseph René Boistel, avocat au Parlement, au baillage d’Amiens, d’Ailly, du duché de Chaulnes, lieutenant de la baronnie de Picquigny et dépendances et Mme Rosalie Maillard, son épouse, lesquels ont signé le présent acte avec moy le dit jour
(signé ; Bernard, prêtre et desservant)

Source: Ce texte se trouve dans le registre des baptêmes de Breilly 1751 (lien) aux A.d.S. état civil 5 MI D 301 page 225/226.

Remarques de Philippe Pecquet :

  • Boistel : Famille BOISTEL de BELLOY, dont des descendants habitent toujours au château du haut à BELLOY
  • Ailly : il s’agit probablement d’Ailly-le-haut-clocher, et non d’Ailly-sur-Somme
  • Il semble que cette Duchesse était vraiment… une cloche, surtout après la mort du duc, quand elle s’est remariée ! Voir sa fiche Geneanet (généalogie des…antistars !). Par contre, le Duc était entres autres astronome, physicien..

Grosses restaurations

  • Le 16 Août 1808, suite à délibération du conseil municipal : allocation d’une somme de 158,50 fr, pour la réparation du clocher, ce clocheton ne dépassait pas ou presque le faîtage.
  • 1825 – Délibération au sujet de la construction d’un mur à la place d’une haie le long du cimetière (l’ancien) côté Route Nationale. De grosses réparations de l’église et de la construction du clocher actuel.
  • peinture extérieure; Monsieur Limosin Architecte.
  • 1834 – Fin des travaux de construction du clocher après quelques déceptions, la mairie a dû rouvrir sa bourse à cause de fuites au niveau de la noue le long du mur du clocher.
  • 1838 – Réfections des ouïes du clocher (fuites)
  • 1846 – Re-réfections des ouïes du clocher. Les lames de bois des abats-sons ne résistent pas.

Source: Archives municipales d’Amiens

Source: Archives Départementales d’Amiens


Nouvelle cloche en 1851 (Marie, Louise, Alice)

En 1851 naît le projet d’installation d’une nouvelle cloche de quatre à cinq cents kg, au lieu de cent cinquante environ de l’ancienne.
Cette dernière ne pouvait rappeler les ouvriers dans les champs et, suivant le temps, certains villageois ne l’entendaient pas de leur habitation.

L’inscription sur la cloche, qui contient 2 coquilles ! (voir page dédiée):

FONDUE EN 1831 (ndlr: plutôt 1851) AUX FRAIS DE LA COMMUNE DE BREILLY J’AI ETE BENITE PAR MR GUERBE (ndlr: Guerle) CURE ET MARIE LOUISE ALICE ET PAR Mr LEONCE FOUGERON PARRAIN ET Mme LOUISE COULON MARRAINE EN PRESENCE DE Mr LESCOT MAIRE ET DE TOUS LES MEMBRES DU CONSEIL DE CETTE COMMUNE


Derniers ajustements du XIXème

  • 1870: Honoraires dû (333 fr) à l’architecte Pinsard pour les plans et devis d’une école (construction) et la réparation de l’église.
  • 1884: Nouveau cimetière (3ème projet) sur une parcelle de terrain appartenant à Abel Frénoy.
  • 1885: Construction du perron d’accès au cimetière et à l’église.
  • 1887: Achat de vitraux.
  • 1888: Reconstruction du mur de l’ancien cimetière.
  • 1890: Grâce à Sophie et Clara Bocquet, modification de la toiture du bas côté, transformation de la noue en une croupe (toiture actuelle), l’autel de la vierge est redessiné, notamment l’éclairage naturel aérien “inventé”. Mr Layé architecte, travaux exécutés sous la responsabilité de Thiébault 1er employé de l’architecte et neveu par alliance des donatrices.

Epoque contemporaine

Au début des années 2000, sous le mandat de Madame Leroy, le bâtiment a été totalement rénové avec mise aux normes “sécurité et accessibilité “. La toiture ainsi que les façades ont été rénovées.

 


Sources

  • ODELIN.M : “Notice géographique et historique“, 1899 – Lien: archives.somme.fr/….
  • buste-reliquaire de Saint Sulpice, répertorié sur la base Mobilier – Palissy du ministère de la Culture – Lien: www.culture.gouv.fr/…
  • Dictionnaire historique et archéologique de la Picardie […] / Société des antiquaires de Picardie ; Fondation Ledieu – Lien: gallica.bnf.fr/…
  • “Quelques cantons de Picardie” ou “En voyage avec Aimé et Louis Duthoit”, préface de Gérard Ansart, l’arrière-petit-fils d’Aimé Duthoit, 4° tr 1979.
  • Livret “Breilly en 2013