Breilly en 2013 (livret d’accueil)

Breilly en 2013

La commune de Breilly est située à environ 10 kilomètres à l’Ouest de la ville d’Amiens dans la vallée de la Somme. Elle est traversée d’Est en Ouest par la route départementale RD 1235 (ancienne route nationale 235), reliant Amiens et Abbeville, par le canal de la Somme (qui ne fait qu’un avec la Somme en cet endroit) et par la voie ferrée reliant Amiens à Boulogne, mais le train ne s’y arrête pas…La gare la plus proche est à Ailly-sur—Somme (2km).
La vallée est constituée de tourbe qui était autrefois exploitée pour le chauffage particulier. Le plateau est constitué de calcaire.
Le bourg est situé dans la vallée (12 mètres d’alt.), alors que la plus grande partie du territoire de la commune s’étend sur le plateau de la rive gauche de la Somme (jusqu’à 101 mètres d’alt.).

Sommaire

  • Introduction
  • Breilly et son patrimoine
  • Breilly en décembre 2013-tableaux
  • Photos des rues du Village
  • Photos des travaux 2013
  • Inventaire des activités à Breilly
  • Le CAB

Introduction

L’année 2013 se termine…et si nous donnions une image de notre village tel que nous l’avons perçu au cours de cette année ?

Un joli village calme et reposant, à la campagne, non loin de la métropole : ce qui attire les promoteurs. Dans les années qui viennent on attend de gros bouleversements ! C’est l’avenir, le progrès, la Vie. Alors profitons du temps présent…

Un petit retour sur l’histoire des “monuments”, des photos récentes du village, rue par rue, des travaux entrepris cette année pour le confort et une meilleure qualité de vie.

Un tableau vous renseigne sur la population actuelle: habitation, composition des familles (âge, sexe, enfants, retraités, professions) Ce ne. sont pas des statistiques, c’est un constat, le plus proche possible de la réalité.

Françoise, Marie-Claude, Michèle ont pris un plaisir véritable à publier cet instantané nous espérons que vous partagerez notre enthousiasme pour ce charmant coin de France que nous aimons.

Alors comme dit la chanson… Rendez vous dans dix ans.


Merci à toutes les personnes qui nous ont aidées, par leurs écrits ou leurs souvenirs.
Merci à Philippe pour ses magnifiques photos.


Breilly et son patrimoine

le château

Le propriétaire en était M. COURIER de MERE, famille du Val de Loire apparentée à Paul
Louis COURIER de MERE, écrivain Français (1772 – 1825) dont les pamphlets contre la Restauration furent mordants et brillants.

Il fut construit à la fin du Second Empire par M. FOUGERON dont la fille a épousé M. COURIER de MÈRE.

Le château de style Louis XIII est en ruine après un incendie le 31 janvier 1882. La ferme actuelle et les ruines du château furent rachetées par la famille PECQUET (en 1924) à une dame COURIER de MERE.

Cette dame eut deux acheteurs éventuelles M. CARMICHAEL (propriétaire de la filature d’Ailly-sur-Somme et d’une grande Partie du territoire d’Ailly-sur-Somme et  M. PECQUET (propriétaire de la ferme Sise Près de l’église de Breilly. Elle opta pour M Pecquet car M. Carmichaël avait tracé une route menant directement au «château» (actuelle rue du 8 Mai 1945 à Ailly) avant d’être assuré de l’achat du château… ce qui qui ne plût pas à la propriétaire.


Le moulin

Un moulin existait sur les hauteurs du village (sur le chemin qui mène à la ferme de Saint Christ, à peu près en face de l’actuel hangar de Louis Galliot). Construit en 1890, il a été détruit en 1948-49. Des membres de la famille Gaudouin étaient les derniers meuniers de Breilly.

 

 


Les monuments aux morts

 


L’église

Collection Oswald et Henri Macqueron.
Bibliothèque municipale d’Abbeville.

Le 7 octobre 1751 eut lieu la bénédiction d’une nouvelle cloche de l’église paroissiale, en présence de Ferdinand d’Albert, duc de Chaulnes, de la duchesse, née Bonnier de la Mosson, et de René Boistel, lieutenant général de la baronnie de Picquigny

  • le 16 août 1808 suite à délibération du conseil municipal : al-location d’une somme de 158,50 francs, pour la réparation du clocher, ce clocheton ne dépassait pas ou presque pas le faîtage.
  • 1825. Délibération au sujet de la Construction du bas- côté, de l’élévation d’un mur à la place d’une aie le long du cimetière (l’ancien) côté route nationale.
    De grosses réparations de l’église et de la construction du clocher actuel
  • Peinture intérieure. Monsieur Limosin Architecte.
  • 1834. Fin des travaux de construction du clocher après quelques déceptions la mairie a dû rouvrir sa bourse à cause de fuites au niveau de la noue le long du mur du clocher.
  • 1838. Réfections des ouïes du clocher (fuites).
  • 1846- Re-réfection des ouïes du clocher ; Les lames de bois des abat-sons ne résistent pas.
  • 1851. Projet d’installation d’une nouvelle cloche ; Une cloche de quatre à cinq cents kilo au lieu de cent cinquante environ.
    La 1° cloche ne pouvant rappeler les ouvriers dans les champs et, suivant le temps, certains villageois ne l’entendent pas de leur habitation.
  • 1870. Honoraires dû (333 Fr.) à l’Architecte Pinsard pour les plans et devis d’une école (construction) et la réparation de l’église.
  • 1884. Nouveau cimetière (3° projet) sur une parcelle de terrain appartenant à Abel Frénoy.
  • 1885. Construction du perron d’accès au cimetière et à l’église.
  • 1887. Achat de Vitraux.
  • 1888. Reconstruction du mur de l’ancien cimetière.
  • 1890. Grâce à Sophie et Clara Bocquet, modification de la toiture du bas côté, transformation de la noue en une croupe (toiture actuelle), l’autel de la Vierge est redessiné, notamment l’éclairage naturel aérien « in-venté ».

Monsieur Layé architecte, travaux exécutés sous la responsabilité de Monsieur Thiébault le” employé de l’architecte et neveu par alliance des donatrices.


La chapelle

La chapelle, se trouvant en allant vers Ailly en bordure de l’actuelle route de la chapelle, a été construite aussi par ces demoiselles et sous la responsabilité du même “premier employé”.

Route Nationale

314. En octobre 1890, de généreuses bienfaitrices, M‘les Bocqnet avaient fait appel à un architecte
M. Thiébaut pour élever cette chapelle. La bénédiction, sous la houlette d’un Révérend père Lazariste
avait été l’occasion d’une grande fête avec une magnifique procession.

Un siècle après la chapelle de l’Ecce Homo est ruinée et les murs qui tiennent encore debout vont
bientôt s’écrouler. Sur une plaque est inscrit : « Vous qui passez, regarde: et voyez, il est une douleur semblable à ma douleur».

extrait de “Chapelles et oratoires en Pays de Somme” : Breilly


La ferme du château

Aujourd’hui pension pour chevaux.

Les 2 tours pigeonniers marquent l’entrée du corps de la cour principale de la ferme.
Elles ont été complètement rénovées en 2000 car elles étaient prêtes à tomber en ruine.


En 1900, Breilly comptait…


Sa géographie

• Superficie: 572 h
• Altitude: 12 à 1011 mètres
• Etangs: 12,80 ha
• Terres agricoles: 552 ha
• Population: 416 habitants


Maires de Breilly de 1803 à nos jours

début fin nom profession
1800 (?) 1803 Jean-Baptiste de Gouy
1803 1820 François Pecquet (père) (*) Agriculteur
1820 1830 François Pecquet (fils) Agriculteur
1830 1834 Alexis Bocquet Agriculteur
1834 1853 Augustin Lescot (*) Agriculteur
1853 1871 Jean-Baptiste Pecquet Agriculteur
14 mai 1871 11 décembre 1890 Léonce Fougeron (*) Agriculteur
1891 1897 Jean-Baptiste Rappe (*) Agriculteur
1897 1925 Gabriel Pecquet Agriculteur
1925 1929 Eugène Finet
1929 1945 Gabriel Pecquet Agriculteur
1945 1953 Charles Sailly Agriculteur
1953 1958 Louis Fourdrinoy (*)
1958 1959 Vulfran Carton Agriculteur
1959 1971 Charles Sailly Agriculteur
mars 1971 1986 Bernard Galliot (*) Expert comptable
1986 mars 1989 Claudine Galliot
mars 1989 juin 1995 Alain Claudepierre Dessinateur
juin 1995 mars 2008 Danièle Leroy France Telecom
mars 2008 En cours Étienne Pecquet Retraité de l’armée

(*) décédé en cours de mandat

Léonce FOUGERON (1837-1890), chevalier de la Légion d’honneur, vice président de la société des agriculteurs de le Somme, fut conseiller d’arrondissement d’Amiens; canton de Picquigny (1870-1880) et conseiller général du conton de Picquigny (1881-1890).

Bernard GALLIOT (1944-1986), président des maires ruraux de la Somme, fut conseiller général du canton de Picquigny (1982-1986).


1986 – Goûter des aînées

A l’époque, il y avait un repas en décembre et un goûter l’été. Il s’agit ici du goûter, la photo ayant été prise dehors sur le côté de l’ancienne salle des fêtes.

 

 


Et maintenant… le tour de notre village

Sa population, ses monuments, ses rues, ses sites,…

route nationale

la rue du 60ème RI

Rue de l’abreuvoir

Rue du marais

Route de Fourdrinoy

 

 

 


A Breilly, vous trouverez aussi

  • Une salle des fêtes pour vos réceptions avec cuisine et vaisselle, ainsi que deux autres salles de dimensions plus modestes.
  • Un hall des sports.
  • Un Accueil de Loisirs fort apprécié.
  • Une bibliothèque: vous pouvez consulter livres et disques.
  • Un après midi récréatif: vous pouvez échanger infos, recettes, jeux.
  • Des promenades à faire autour des lacs… avec des bancs pour prendre le temps d’admirer le paysage…
  • Une table de ping-pong à demeure…
  • Des sentiers de randonnées autour du village.
  • Des terrains de pétanque, derrière l’église et dans les marais.
  • Des possibilités de pêche et de chasse dans le marais.
  • Un club animation: CAB.
  • Deux équipes de football au FCB (Football Club de Breilly)
     

Le CCAS – Centre Communal d’Action Sociale – repas des aînés le 4 décembre 2013.

Le premier repas des aînés a eu lieu en 1971.

 

« Le wagon » grand ouvert pour une manifestation du Club Animation de Breilly (CAB). Il fut offert par un habitant, installé, puis quelques années après, en 1996 une dalle fut coulée sur son pourtour.

Le CAB a été créé en 1971. Le maire en était le 1er président et les conseillers membres de droit. La 1ère KERMESSE du 1er MAI eut lieu cette année-là, avec une organisation assez simple dans le marais, avant de monter rapidement en puissance les années suivantes.


FIN